La touche dans le travail de représentation en peinture

17 janvier 2013

Jean-Dominique Ingres, Oskar Kokoschka. Deux immenses artistes. Deux époques différentes. Deux approches de la peinture radicalement opposées.

Ingres, figure de proue de la peinture académique française du XIXème siècle est partisan d'une peinture lisse, où la forme fait oublier l'outil du peintre en rendant invisible à l'oeil nu la trace du pinceau.
Un siècle plus tard, Kokoschka est membre d'un mouvement artistique appelé "la Sécession Viennoise" qui introduit par certains aspects le futur courant expressionniste caractérisé par une visibilité volontaire et poussée à l'extrême de l'outil, de la touche, de la trace et du geste du peintre.

Le point commun entre ces deux artistes ? Tout deux sont des portraitistes !

C'est donc à partir d'un autoportrait de 1804 d'Ingres et du portrait de Herwarth Walden par Kokoschka que les élèves de première et de seconde se sont confrontés à cette expérimentation.


INSTAGRAM - VISITEZ & DECOUVREZ !

© Le coin des arts plastiques. Design by Fearne.