Enseignement de Spécialité


Si vous êtes sur cette page c'est que vous avez choisi l'enseignement de Spécialité ou que vous y songez. Dans les deux cas, vous projetez de faire le choix d'un cursus artistique pour vos études supérieures. Félicitations !


L'enseignement de spécialité Arts plastiques en Lycée riche et varié, constitue une bonne préparation à votre orientation artistique future. La formation se veut aussi bien pratique que théorique.

Vous allez pendant ces deux années développer et perfectionner votre pratique artistique dans des projets ambitieux individuels et collectifs. L'expérimentation sera la clef pour avancer.

L'Histoire de l'art, quant à elle sera bien entendu étudiée plus en profondeur au travers des oeuvres au programme du Baccalauréat mais également au travers des repères artistiques indispensables à la bonne compréhension de l'Histoire de l'art.

A la fin de votre cursus en lycée, vous serez aussi bien évalués sur vos projets réalisés dans le cadre du cours que sur vos connaissances, votre réflexion sur l'art et vos capacités rédactionnelles.
En tant qu'élèves, issus de section littéraire vous devez faire preuve à l'écrit de rigueur dans le choix de votre vocabulaire et l'articulation de votre pensée. Vous serez, dans ce cadre incités régulièrement à rédiger des articles et des présentations relatifs aux artistes, au monde de l'art ou à votre propre production.

Enfin, la formation se construit également autour de rencontres et de sorties culturelles, vous permettant de vous confronter directement à l'oeuvre, mais également de vous faire une image plus complète du monde de l'art contemporain et des perspective professionnelles afin de pouvoir construire votre projet d'orientation post-bac.


**********

Les oeuvres au programme pour l'année 2019-2020

Les oeuvres au programme poussent les élèves à réfléchir au processus créateur et à ce qui fait ou non oeuvre. En étudiant des oeuvres de différentes époques et en se concentrant autour des notions de collectif et d'expérimentation notamment, l'un des objectifs du cours sera de déconstruire les idées reçues construites au cours des siècles (à partir de Dürer et renforcé par l'esprit des romantiques au XIXème siècle) d'un artiste solitaire, auteur de la totalité de son oeuvre et la notion de chef-d'oeuvre parfait et abouti.
L'Atelier, le groupe, les machines (et autre technologie diverses) ont au travers des siècles et des initiatives des artistes transformé la réalité de l'art.

Source site Académie de Lille

Lucinda Child & Sol Le Witt, 1978
  1. Collaboration et co-création entre artistes : duos, groupes, collectifs en arts plastiques du début des années 60 à nos joursL'étude des pratiques artistiques en collaboration et en co-création, des années 1960 à nos jours, à partir de démarches d'artistes significatifs, a pour objectif de soutenir l'investigation de l'entrée de programme portant sur « le chemin de l'œuvre » dans la visée globale du programme qui interroge ce qu'est « faire œuvre ».
    Une certaine vision de l'artiste en génie solitaire s'est progressivement imposée au XIXe siècle avec la montée en puissance du sujet créateur tendant à laisser en retrait d'autres conceptions de l'artiste, de l'œuvre et de l'art.
    Pourtant, les pratiques artistiques dites « à plusieurs mains » ne sont pas nouvelles. Historiquement, elles croisent la notion d'atelier et ses évolutions ; elles interrogent la répartition des savoirs et des tâches au service de l'œuvre d'un artiste.
    Certaines, plus récentes, naissent au sein de regroupements d'artistes désireux de penser et produire ensemble autour de modes de vie et de création choisis, d'engagements esthétiques, sociaux ou politiques...



  2.  Auguste Rodin À l’aube de XXe siècle, Auguste Rodin initie un mouvement révolutionnaire plaçant le travail créateur et l’expérimentation au centre du questionnement de l’art. La modernité du sculpteur est de ce point de vue atypique.
    Elle réside dans des procédés de création totalement novateurs. Fragmentations, assemblages, agrandissements, inachèvements intentionnels en constituent les éléments essentiels.
    Cette modernité soutient également une magistrale réflexion sur le statut du socle et une utilisation non moins remarquable de la photographie que l’artiste intègre à la fabrique de l'œuvre.
  3. Machines à dessiner, protocoles ou programmes informatiques pour générer des dessins, trois études de cas avant l'ère du numérique : les Méta-matics de Jean Tinguely (1925-1991), les wall drawings de Sol LeWitt (1928-2007), les dessins assistés par ordinateurs de Véra Molnar (née en 1924) Ces trois oeuvres reconfigurent, élargissent ou déplacent les manières de convoquer ou de générer le dessin. Héritières de lointaines traditions et témoignant de divers usages du dessin en art, elles sont porteuses de nombreuses caractéristiques de la modernité en art.

    À partir de l'étude d'une sélection d'œuvres de ces artistes, il s'agira de soutenir l'investigation de l'entrée du programme portant sur « Œuvre, filiation et ruptures ». Cette approche, en tant qu'études de cas, s'articule à d'autres références mobilisées dans la visée globale du programme qui interroge ce qu'est « faire œuvre » et nourrit la pratique plastique des élèves.



  4. L'art, la machine & l'informatique"Madrid, octobre 68"
    Cette première exposition dédiée en France à la scène expérimentale espagnole des années 1960-1980, affirme l’approche transversale et atypique souhaitée par le Frac Centre-Val de Loire. Présentée du 12 octobre 2018 au 24 février 2018, l’exposition revient sur l’aventure du Centre de Calcul de l’Université de Madrid qui a réuni artistes, architectes, ingénieurs, scientifiques et intellectuels autour des possibilités offertes par le calcul automatique généré par l’informatique. 

Instagram @helenezeyer

© Le coin des arts plastiques. Design by FCD.