Le Carnet


Le carnet est un outil indispensable qui va vous accompagner tout au long de votre formation artistique. Outil de cheminement et de formation, c'est également un complément important du dossier du bac. Il permettra au jury au moment de l’oral du baccalauréat d’établir un dialogue plus fécond, apportant une meilleure compréhension des démarches tout en évaluant les capacités de travail et de recherche.


Attention la finalité du bac ne doit pas vous empêcher de vous sentir libre dans la manière de gérer votre (vos) carnet(s).
Sur cette page vous trouverez des conseils, des indications pour vous aider à en tirer le meilleur parti pour votre pratique et vos recherches artistiques. Il est le fil de votre année scolaire : dessins, annotations, collage de papier, de matière : tout est possible.

N'ayez surtout pas peur d'EXPERIMENTER : c'est la clef ! Le carnet parfait N'EXISTE PAS. 

L'usage du carnet est ici à mi-chemin entre le scolaire et l'artistique : support de vos créations rien ne vous empêche d'en faire une création.

Pour commencer vous pouvez vous référer à la fiche de Blandine Legrand sur le site Académique de Lille pour trouver des pistes pour gérer votre carnet.
Nous verrons par la suite ensemble des exercices et des références pour libérer votre pratique et la rendre plus fréquente et plus naturelle.


Conseil n°1 : le choix du carnet
Il est libre, choisissez celui qui vous plait, vous inspire. Vous pouvez aussi bien l'acheter que le fabriquer.
Attention toutefois aux facteurs suivant : veillez à ce que votre carnet soit transportable (ni trop grand, ni trop lourd). L'objectif est de le glisser dans votre sac lorsque vous visitez des expositions, que vous vous promeniez ou que vous voyagiez. L'objectif numéro 1 est de pouvoir l'avoir avec vous le plus souvent possible.

Si vous êtes très motivé(e) par le grand format, rien ne vous empêchent de combiner un petit et un grand carnet.
Un carnet numérique est également envisageable à vous de voir selon les outils (téléphone, tablette) à votre disposition et le choix des applications.

N'hésitez à tester différents supports.
Si vous faîtes le choix du papier, surveiller le grammage des feuilles. Nul besoin de papier aquarelle pour un carnet, mais attention aux papiers trop fins si vous souhaitez avoir recours aux techniques humides.

Pour ma part, j'aime beaucoup le format A5, ni trop grand, ni trop petit. Le grammage est entre 120 et 140 g/m2. Chez Daler-Rowney ou Moulin du Coq (HahneMülhe)

Conseil n°2 : le choix des outils
Encore une fois : vous êtes libres.
Mais veillez à distinguer vos types de pratiques : en atelier et en vadrouille.

Pour le premier cas, c'est bien simple vous pouvez faire ce que vous voulez. Vous avez le temps (attendre pendant des temps de séchage) , vous pouvez vous encombrer de beaucoup de matériel)

Pour le deuxième cas, vous allez devoir veiller à être plus efficaces et à vous imposer des contraintes matérielles. En vadrouille, vous ne pouvez pas vous permettre de vous encombrer de trop ou alors vous risquez de ne le faire qu'une fois ou deux ce qui est bien dommage. L'objectif est, je vous rappelle de vous donner les moyens d'une pratique quotidienne (ou presque) et donc facile à mettre en oeuvre.

Sachez que cette contrainte matérielle peut se révéler très fructueuse pour votre créativité, car au lieu de changer simplement d'outil vous allez devoir réfléchir à comment exploiter au mieux les deux, trois outils (ou le seul) que vous ayez avec vous : hachurer, varier les signes graphiques, utiliser en lavis, en aplat, frotter, déchirer, réfléchir à la composition.
Comme aurait dit l'architecte Ludwig Mies Van der Rohe  Less is more.
Mon conseil pour commencer


  • Un simple stylo à bille peut faire l'affaire. Un bleu, un noir et pourquoi pas un rouge. Ou choisir deux couleurs ?
  • Le crayon à papier peut-être un superbe outil,mais attention à vos notes car il peut avoir tendance à s'effacer. Ce n'est pas pour rien d'ailleurs que les artistes voyageurs des XVIII et XIXème siècle ne conseillaient pas le crayon de papier, mais de s'armer du même outil pour écrire et dessiner.


Mon conseil pour aller plus loin

  • Un stylo plume avec de l'encre waterproof (Ex : le Platinum Pen et la Carbon Ink)
  • Une petite palette aquarelle (toute faite ou que vous avec constituer avec les couleurs de votre choix)
  • Quelques crayons de couleur (aquarellables ou pas)
  • Un pinceau de taille moyenne, mais avec une belle pointe pour pouvoir faire à la fois des aplats et des détails.
  • Un petit tube de gouache blanche


En plus : ciseaux, colle (mais ce travail peut être fait de retour à l'atelier)

Vous n'en avez pas besoin : gomme


Voilà pour commencer, par la suite, nous verrons ensemble des manières d'exploiter au mieux votre matériel et pourquoi pas d'intégrer de nouveaux outils ( de l'encre, dessiner avec du matériel de récupération, etc.)


Conseil n°3 : Ne pas avoir peur de la page blanche grâce au dessin d'observation
Pour découvrir quelques conseils, un article est dédié à cette pratique indispensable, juste ici.

Conseil n°4 : Mon projet prend forme sur le papier
Le dessin d'observation, pratiqué régulièrement vous facilitera grandement la vie. Plus vous êtes à l'aise avec cet exercice plus vous pourrez facilement transcrire vos idées en images et en parlez aisément.
- mon idée
- image et oeuvres de références
- projet d'installation





Instagram @artsplastiques.perriand

© Le coin des arts plastiques. Design by FCD.