Première - Enseignement de spécialité

Anselm Kieffer dans son atelier.


Préambule spécifique à l’enseignement de spécialité d’arts plastiques en classe de première

L’enseignement des arts plastiques au lycée a pour principe l’exercice d’une pratique plastique en relation étroite avec la construction d’une culture artistique.
Fondé sur la création artistique, il met en relation les formes contemporaines avec celles léguées par l’histoire de l’art. Il couvre l’ensemble des domaines où s’inventent et se questionnent les formes. Dessin, peinture, sculpture, photographie, création numérique, nouvelles attitudes des artistes, nouvelles modalités de production des images, relèvent en effet du travail des arts plastiques. Ils constituent un point d’appui pour l’architecture et le design.
Prenant en compte cette pluralité de domaines et d’esthétiques, de langages et de moyens, de processus et de pratiques, il fait découvrir la diversité des oeuvres. Il permet d’appréhender le fait artistique dans sa globalité : oeuvres, démarches et pratiques, contextes et conditions de création, présentation et réception.
L’enseignement de spécialité en classe de première est accessible à tous les élèves, ayant suivi ou non l’option en seconde. Il prolonge ainsi à la fois la scolarité obligatoire et enrichit les approches conduites en classe de seconde, dans une visée d’approfondissements et d’ouverture sur de nouveaux objectifs plus complexes liés à une spécialité. Dans des situations variées et selon des modalités diversifiées, il inscrit les élèves dans une dynamique d’expérimentation et d’exploration, de recherche et d’invention, d’encouragement aux projets individuels et collectifs, de rencontres sensibles avec la création artistique et de réflexion sur l’art. Il offre ainsi de multiples possibilités de prises en compte de l’hétérogénéité des profils et des aspirations des élèves.
Le volume horaire de quatre heures en première, puis de six heures en terminale, apporte aux élèves les moyens de s’engager, en développant une autonomie, une maturité, une ambition et une maîtrise accrues, dans des pratiques personnelles informées de l’art d’aujourd’hui et nourries de la connaissance de la diversité des oeuvres apparues dans l’histoire. L’enseignement de spécialité poursuit ainsi l’encouragement et le développement des capacités d’expression de chaque élève. Il travaille également à renforcer et préciser les acquisitions techniques, les méthodologies, les connaissances culturelles. Il permet aux élèves de porter un regard sensible et avisé sur la diversité des formes d’expression plastique, de les comprendre et de situer leurs évolutions dans l’espace et dans le temps.

Les formes multiples de la pratique, les projets et les productions réalisés constituent des supports particulièrement propices au grand oral du baccalauréat. En outre, nombre de questionnements travaillés, de démarches et de langages plastiques mobilisés peuvent susciter des appariements fructueux avec divers enseignements et spécialités : autres enseignements artistiques, disciplines scientifiques et domaines touchant au numérique, disciplines littéraires, linguistiques ou des humanités, des sciences économiques et sociales.

Par des savoirs et modalités pédagogiques qui lui sont propres, l’enseignement de spécialité en arts plastiques enrichit le parcours du lycéen des dimensions de la créativité, de la sensibilité et de la culture artistiques requises dans de nombreuses formations après le baccalauréat. Les élèves acquièrent des compétences nécessaires à la poursuite d’études en arts associées à une culture générale solide, ouverte et sensible. Disposant de savoirs et de compétences plus approfondies, progressivement ouverts à l’interdisciplinarité, notamment entre les arts, ils peuvent envisager un projet d’études supérieures motivé, réaliste et réfléchi.
L’enseignement des arts plastiques est conduit par des professeurs spécialistes. S’il n’est pas obligatoire, le partenariat avec des institutions artistiques et culturelles ou des artistes peut être envisagé à l’initiative du professeur. En fonction de ses projets et des opportunités, seul ou dans des actions interdisciplinaires, il peut notamment tirer parti de ressources de proximité et de l’environnement artistique et culturel.

Enjeux et objectifs


Afin d’accueillir la diversité des cursus, certains élèves, ayant suivi l’option en classe de seconde, d’autres non, les grands objectifs de celle-ci sont conservés pour l’enseignement de spécialité de la classe de première :
  • de développer et d’étayer la pratique plastique et artistique de l’élève ;
  • d’enrichir la culture artistique et d’élargir des représentations culturelles des élèves ;
  • de rendre attentif aux données et aux dimensions sensibles des pratiques plastiques ;
  • de développer de la curiosité pour la création artistique et la culture en général ;
  • d’accompagner l’élève dans les choix qu’il effectue concernant son parcours de formation au lycée ainsi que ceux portant sur son orientation vers les études supérieures.
  • Arts plastiques, enseignement de spécialité, classe de première, voie générale.


Au niveau de la classe de première, premier palier du parcours de la spécialité au cycle terminal, ils sont complétés ou renforcés des objectifs suivants :
  • la compréhension de la nature et de la diversité des démarches artistiques, de leurs présentations et réceptions ;
  • l’engagement d’une réflexion sur le statut de la pratique et de la technique dans l’expression artistique ;
  • l’interrogation sur les conditions et les enjeux de la création artistique dans des contextes historiques et culturels précis.

Compétences travaillées

Les compétences travaillées dans l’enseignement de spécialité couvrent l’ensemble du cycle terminal. Elles reprennent celles introduites au lycée en seconde. Le professeur dispose de ce cadre commun pour l’ensemble du lycée. Il en hausse progressivement le niveau d’exigence et de complexité en se référant aux attendus de fin de cycle.
Les compétences travaillées et les questionnements du programme interagissent selon des modalités, des articulations et des intensités diverses, liées à la démarche pédagogique du professeur, aux pratiques des élèves ainsi qu’aux projets conduits.

Pratiquer les arts plastiques de manière réflexive
  • Expérimenter, produire, créer
  • Choisir et expérimenter, mobiliser, adapter et maîtriser des langages et des moyens plastiques variés dans l’ensemble des champs de la pratique.
  • S’approprier des questions artistiques en prenant appui sur une pratique.
  • Recourir à des outils numériques de captation et de production à des fins de création artistique.
  • Exploiter des informations et de la documentation, notamment iconique, pour servir un projet de création.
  • Mettre en oeuvre un projet artistique individuel ou collectif
  • Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques.
  • Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique, en anticiper les difficultés éventuelles pour la faire aboutir.
  • Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de responsabilité, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet artistique.
  • Confronter intention et réalisation pour adapter et réorienter un projet, s’assurer de la dimension artistique de celui-ci.

Questionner le fait artistique
  • Proposer et soutenir l’analyse et l’interprétation d’une pratique, d’une démarche, d’une oeuvre.
  • Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques et situer les oeuvres dans l’espace et dans le temps.
  • Établir une relation sensible et structurée par des savoirs avec les oeuvres et s’ouvrir à la pluralité des expressions.
  • Interroger et situer oeuvres et démarches artistiques du point de vue de l’auteur et de celui du spectateur.

Exposer l’oeuvre, la démarche, la pratique

Prendre en compte les conditions de la présentation et de la réception d’une production plastique dans la démarche de création ou dès la conception.
  • Exposer à un public ses productions, celles de ses pairs ou celles des artistes.
  • Dire et partager sa démarche et sa pratique, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.
  • Être sensible à la réception de l’oeuvre d’art, aux conditions de celle-ci, aux questions qu’elle soulève et prendre part au débat suscité par le fait artistique.

Un enseignement qui s’appuie sur des questionnements

Les questionnements, comme les compétences travaillées, s’organisent afin de constituer un repère commun, condition de la liberté pour les enseignants d’inventer et de construire leur enseignement.

Pratiques
Le programme mobilise quatre grands types de pratiques plastiques et artistiques :
  • les pratiques bidimensionnelles (graphiques et picturales) ;
  • les pratiques tridimensionnelles (sculpturales et architecturales) ;
  • les pratiques artistiques de l’image fixe et animée (photographie, cinéma et art vidéo) ;
  • les pratiques artistiques du numérique.

Le professeur tire parti de leur diversité. Il en exploite les spécificités et les possibles hybridations. En fonction du programme et des apprentissages qu’il met en oeuvre, il peut les mobiliser séparément, les associer, inviter les élèves à se déterminer par eux-mêmes.

Structuration
Dans l’enseignement de spécialité des classes de première et de terminale, les questionnements sont structurés en trois champs dont le traitement est à pondérer selon l’indication entre parenthèses :
  • les questionnements plasticiens (au moins 75 % du temps annuel disponible) ;
  • les questionnements artistiques interdisciplinaires ;
  • les questionnements artistiques transversaux.
Plus particulièrement, et de manière commune avec l’option de la classe de seconde, les questionnements plasticiens se déclinent en trois domaines d’étude, comme suit :
  • l’investigation et la mise en oeuvre des langages et des pratiques plastiques ;
  • la présentation des pratiques, des productions plastiques et la réception du fait artistique ;
  • la formalisation des processus et des démarches de création.
Chaque champ de questionnements est développé au moyen de quelques grands concepts, notions, modalités qui animent la création en arts plastiques (par exemple, la représentation, la figuration, la matérialité, …).
Les questionnements introduits en classe de première sont travaillés sur l’ensemble du cycle terminal. Ils peuvent être développés, repris, réitérés, enrichis sur les deux années du parcours de formation en spécialité. Ils sont précisés, approfondis ou diversifiés de manière spécifique par le programme de la classe de terminale.

Présentation
Chaque champ de questionnements du programme est décliné au moyen de plusieurs « Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées ». Ils sont eux-mêmes prolongés ou orientés selon diverses directions à partir de « Repères et points d’appui ». Il s’agit d’indications pour en organiser et en varier les approches.
  • Dans ce cadre structurant, le professeur exerce sa liberté et sa responsabilité pédagogiques : les « Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées » forment une trame commune qu’il faut problématiser et développer.
Prenant en compte l’ensemble du cycle terminal, selon sa démarche pédagogique, le professeur opère des choix pour les travailler séparément ou en agencer plusieurs ;
  • en fonction des situations d’enseignement et des projets conduits, les « Repères et points d’appui » peuvent être pris en compte isolément ou combinés au sein d’un même questionnement ou de l’association de plusieurs.

Le champ des questionnements plasticiens

Domaine de l’investigation et de la mise en oeuvre des langages et des pratiques plastiques : outils, moyens, techniques, médiums, matériaux, notions au service d’une création à visée artistique.

La représentation, ses langages, moyens plastiques et enjeux artistiques

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : le dessin, diversité des statuts, pratiques et finalités du dessin
Repères et points d’appui :
  • appréhension et compréhension du réel : observer, enregistrer, transposer, restituer, … ;
  • intention et communication : élaborer, prévisualiser, diffuser un projet ou une réalisation, … ;
  • expression et création : pratique artistique en soi, variété des approches, des moyens, jeux sur les codes, …
Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : l’artiste dessinant, traditions et approches contemporaines, modalités introduites par le numérique
Repères et points d’appui :
  • outils du dessin conventionnels, inventés, détournés : continuité, adaptations, réinventions, … ;
  • extension du dessin : diversité des supports, des échelles, virtualité, espace ou paysage comme matériaux du dessin, …
Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : rapport au réel, mimesis, ressemblance, vraisemblance et valeur expressive de l’écart
Repères et points d’appui :
  •  représentation et création : reproduction, interprétation, idéalisation, approches contemporaines, apports de technologies, … ;
  • moyens plastiques et registres de représentation : volonté de fidélité ou affirmation de degrés de distance au référent, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : représentation du corps et de l’espace, pluralité des approches et partis-pris artistiques
Repères et points d’appui :
  • conceptions et partis-pris de la représentation du corps : déterminants culturels, philosophiques, esthétiques…, diversité des choix techniques, des regards, des interprétations, …
  • questions éthiques liées à la représentation du corps : questions des stéréotypes, des tabous, …
  • conceptions de la représentation de l’espace : déterminants culturels des grands systèmes perspectifs, permanences et renouvellements, …
  • modalités de la suggestion de l’espace : illusion de profondeur et d’étendue, systèmes non perspectifs, apports du numérique, …

La figuration et l’image, la non-figuration

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : figuration et construction de l’image : espaces narratifs de la figuration et de l’image, temps et mouvement de l’image figurative.
Repères et points d’appui :
  • espaces propres à l’image figurative : le format, l’espace déterminé par des appareils de prise de vue, espaces contenus par l’image elle-même, …
  • dialogues de l’image avec le support, l’écrit, l’oral : diversité des supports, inscription dans un lieu, plus ou moins grande interaction avec des énoncés écrits ou oraux.
  • dispositifs de la narration figurée : depuis la tradition de la fresque et du polyptyque jusqu’aux dispositifs multimédias, inscription dans un espace architectural, …
  • dialogues entre narration figurée, temps, mouvement et lieux : temps et mouvement réels ou suggérés, temps de la production, de la présentation, de la réception, l’éphémère, mouvement du spectateur, …

 Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : passages à la non-figuration : perte ou absence du référent, affirmation et reconnaissance de l’abstraction
Repères et points d’appui :
  • systèmes plastiques non figuratifs : couleur, outil, trace, rythme, signe, ...
  • processus fondés sur les constituants de l’oeuvre ou des langages plastiques : autonomie de la forme plastique, conceptions de l’oeuvre fondées sur différentes combinaisons géométriques, gestuelles, organiques, synthétiques, ...

La matière, les matériaux et la matérialité de l’oeuvre

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : propriétés de la matière et des matériaux, leur transformation : états, caractéristiques, potentiels plastiques.
Repères et points d’appui :
  • matières premières de l’oeuvre : états et usages de la matière dans une création plastique, …
  • caractéristiques physiques et sensibles de la matière et des matériaux : potentialités plastiques de la rigidité, souplesse, élasticité, opacité, transparence, fluidité, épaisseur, densité, poids, fragilité, …
  •  modalités et effets de la transformation de la matière en matériaux : matières et matériaux transformés, fabriqués, amalgamés dans une visée artistique, …
  • matériaux de la couleur et couleur comme matériau de l’oeuvre : exploitation de la matière colorée, aspects sensoriels, rapports à la perception, à l’espace, …
  • matériaux numériques : dispositifs mécaniques et électroniques (micro processeurs, capteurs, et actionneurs), algorithmes et codes, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : élargissement des données matérielles de l’oeuvre : intégration du réel, usages de matériaux divers.
Repères et points d’appui :
  • introduction du réel comme matériau ou élément du langage plastique : matériaux, a priori, artistiques et non-artistiques, collages d’images et d’objets, stratégies du ready-made, …
  • traitements et usages de la lumière dans une pratique plastique : lumière naturelle ou artificielle comme matériau, laser …
  • autonomie de la lumière : lumière comme médium exclusif, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : reconnaissance artistique et culturelle de la matérialité et de l’immatérialité de l’oeuvre : perception et réception, interprétation, dématérialisation de l’oeuvre.
Repères et points d’appui :
  • question de la cohérence plastique : traitement des données matérielles de l’oeuvre visant l’homogénéité ou le composite, …
  • valeur artistique de la réalité concrète d’une création plastique : présence physique de l’oeuvre, sa possible immatérialité, …
  •  question de l’authenticité de l’oeuvre : valeurs artistiques, sociales, symboliques de la matérialité, de la dématérialisation, et leurs évolutions, …

Domaine de la présentation des pratiques, des productions plastiques et de la réception du fait artistique : les relations entre l’oeuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur

La présentation de l’oeuvre

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : conditions et modalités de la présentation du travail artistique : éléments constitutifs, facteurs ou apports externes.
Repères et points d’appui :
  • prise en compte de données intrinsèques et d’éléments extrinsèques à l’oeuvre : supports, matériaux, formats, le pérenne, l’éphémère, …
  • fonctions des dispositifs traditionnels de la présentation de l’oeuvre : modalités du cadre, du socle, de la cimaise confrontées aux dispositifs contemporains de présentation, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : sollicitation du spectateur : stratégies et visées de l’artiste ou du commissaire d’exposition ou du diffuseur (éditeur, galeriste ...).
Repères et points d’appui :
  • accentuation de la perception sensible de l’oeuvre : mobilisation des sens, du corps du spectateur, …
  •  rapport au contexte de présentation et de diffusion : dispositifs favorisant l’interaction avec l’oeuvre, la participation à sa réalisation.

La monstration et la diffusion de l’oeuvre, les lieux, les espaces, les contextes

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : contextes d’une monstration de l’oeuvre : lieux, situations, publics.
Repères et points d’appui :
  • atelier d’artiste et monstration de l’oeuvre entre pairs ou à des spécialistes : continuité et évolution de la notion d’atelier, individuel ou partagé, présentation de l’oeuvre dans son espace de production, …
  • monstration à un public large ou restreint dans des espaces spécialisés : inscription de l’oeuvre dans un espace pensé pour sa monstration, rapport à l’architecture, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : fonctions et modalités de l’exposition, de la diffusion, de l’édition, dispositifs et concepteurs : visées, modalités, langages.
Repères et points d’appui :
  • diffusion d’une création par l’exposition, l’édition, le numérique : finalité d’une pratique, formalisation d’une démarche, choix spécifiques de supports, d’espaces, de modalités de partages, …
  • élaboration, écriture et formalisation de l’exposition : étapes, langages et outils de la conception d’une exposition, compétences et ressources associées, …
  • mises en espace, mises en scène, scénographies : partis-pris plastiques, place du public, guidance ou liberté du spectateur, …

La réception par un public de l’oeuvre exposée, diffusée ou éditée


Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : monstration de l’oeuvre vers un large public : faire regarder, éprouver, lire, dire l’oeuvre exposée, diffusée, éditée, communiquée.
Repères et points d’appui :
  • élargissement des modalités et formes de monstration, de réception de l’oeuvre : diversité des relations entre oeuvre et spectateur de la contemplation à l’action, …
  • démultiplication des formes de monstration et diffusion : l’imprimé, l’objet, l’écran, les supports numériques, l’accès en ligne, leur combinaison dans les pratiques contemporaines, …

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : l’exposition comme dispositif de communication ou de médiation, de l’oeuvre et de l’art : écrits, traces et diffusions, formes, temporalités et espaces.
Repères et points d’appui :
  • soutiens à l’affirmation de l’oeuvre : développer du sens par le dialogue des oeuvres, rôle des énoncés et des récits pour sous-tendre une intention, …
  • diversité des écrits sur l’oeuvre et autour de l’oeuvre : signatures, titres, cartels, descriptifs, notices de montage, déclarations d’intention, invitations, tracts, communiqués de presse, catalogues, ...
  • questions de l’accroche et de la trace de l’exposition : invitation, tract, affiche, mémoire ou images de l’exposition, …

Domaine des démarches de création : penser l’oeuvre, faire oeuvre
L’idée, la réalisation et le travail de l’oeuvre

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : projet de l’oeuvre : modalités et moyens du passage du projet à la production artistique, diversité des approches.
Repères et points d’appui :
  • structuration d’une intention et d’un projet en vue de réaliser l’oeuvre : fonctions et potentialités variées des étapes du processus de création, …
  • langages et supports de communication de l’intention ou du projet : dessins préparatoires, maquettes, simulations numériques, photomontages, ...

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : oeuvre comme projet : dépassement du prévu et du connu, statut de l’action, travail de l’oeuvre.
Repères et points d’appui :
  • processus créatif, intentionnalité, formalisation, non-directivité de l’artiste : interaction entre l’idée de l’oeuvre et sa production, diversité des processus ou des stratégies de l’artiste, prise en compte des possibilités de l’improvisation, de l’éphémère, de la trace, de l’enregistrement, …
  • Créer à plusieurs plutôt que seul
Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : contextes et dynamiques de collaboration et co-création : situations et modalités d’association, visées et compétences associées, auteurs et signature.
Repères et points d’appui :
  • traditions et approches contemporaines de l’atelier collectif ou du collectif d’artistes : continuité, rupture, nouvelles modalités des relations entre artiste concepteur et assistants, …
  • déterminismes de la création à plusieurs : nécessité ou désir de la création associant des compétences diverses, mutualisation des ressources, …

Le champ des questionnements artistiques interdisciplinaires

Liens entre arts plastiques et architecture, paysage, design d’espace et d’objet

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : environnement et usages de l’oeuvre ou de l’objet
Repères et points d’appui :
  • liens entre partis-pris et formes d’une architecture, d’un paysage, d’un objet de design : approches sensibles, de la main jusqu’au corps entier, impliquant les questions de l’échelle, du volume, de l’espace selon la destination d’un projet ou d’une réalisation, …
  • relations entre construction, fabrication et données matérielles : potentialités et dialogues des matériaux selon un programme, des fonctions, un site, des usages, …

Liens entre arts plastiques et cinéma, animation, image de synthèse, jeu vidéo

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : animation des images et interfaces de leur diffusion et de réception
Repères et points d’appui :
  •  Relations aux lieux, projections, écrans : espaces et modalités de diffusion des images animées dans la création contemporaine, incidences du numérique sur l’affranchissement du rapport aux espaces ou aux supports, …
  • immersion et interaction : dispositifs intégrant des projections et des écrans, implication ou interactivité avec un public, …

Liens entre arts plastiques et théâtre, danse, musique

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : théâtralisation de l’oeuvre et du processus de création
Repères et points d’appui :
  • mise en espace : oeuvre présentée ou représentée face ou au milieu d’un public, usages des potentiels ou des contraintes d’une architecture, d’un espace extérieur, …
  • mise en scène : jeux sur les données sensibles, spatiales, sonores …, implication ou non d’un public, …

Le champ des questionnements artistiques transversaux

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : l’artiste et la société : faire oeuvre face à l’histoire et à la politique
Repères et points d’appui :
  • engagement artistique spontané ou documenté dans les débats du monde ;
  • recours aux documents, aux archives et aux traces ;
  • l’art et le travail de mémoire, le témoignage d’événements du passé et du présent.

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : l’art, les sciences et les technologies : dialogue ou hybridation
Repères et points d’appui :
  • assimilation, appropriation, réorientation de connaissances scientifiques et de technologies pour créer ;
  • collaborations entre artistes et scientifiques, connaissances en partage, influences réciproques ;
  • l’artiste chercheur, ingénieur, inventeur, explorateur.

Questionnements mobilisant compétences, pratiques et connaissances travaillées : mondialisation de la création artistique : métissages ou relativité des cultures du monde
Repères et points d’appui :
  • créer dans l’itinérance du voyage personnel, d’une carrière artistique, d’un exil ;
  • relier les dimensions locales et mondiales des ressources, des pratiques, des cultures ;
  • hybridation des cultures dans leur diversité artistique, historique et géographique.

Attendus de fin de cycle

Les attendus de l’enseignement de spécialité sont envisagés globalement sur l’ensemble du cycle terminal. Ils se travaillent progressivement de la première à la terminale. Selon les situations, il appartient au professeur de viser leur atteinte sur une amplitude d’une ou deux années, en modulant dans ce cadre les niveaux d’exigences.

Compétence : pratiquer les arts plastiques de manière réflexive

Expérimenter, produire, créer
L’élève est capable :
  • de s’engager dans une démarche personnelle, de proposer des réponses plastiques, en deux et en trois dimensions, à des questionnements artistiques, de percevoir et de produire en les qualifiant différents types d’écarts entre forme naturelle et forme artistique ;
  • de choisir et maîtriser ses propres moyens d’expression en fonction d’un projet, d’expérimenter des langages plastiques et des techniques au service de ses intentions, de tirer parti de ses découvertes et des techniques ;
  • d’appréhender le rôle joué par les divers constituants plastiques, de repérer ce qui tient au médium, au geste et à l’outil, de prendre en compte les caractéristiques de l’image photographique, vidéo ou d’animation (cadrage, mise au point, lumière, photomontage, montage…) ;
  • de trouver des solutions aux problèmes qu’il rencontre, de réajuster la conduite de son travail par la prise en compte de l’aléa, l’accident, la découverte, … ;
  • de prendre l’initiative de se documenter et vérifier des sources dans le cadre d’un projet personnel ou collectif, de faire une recherche d’images, de sélectionner et vérifier ses sources.

Mettre en oeuvre un projet artistique individuel ou collectif
L’élève est capable :
  • de s’engager dans une démarche personnelle, en appréhendant sa nature, ses contenus et sa portée, en justifiant des moyens choisis ;
  • de rendre compte oralement des intentions de sa production, d’exercer son sens critique pour commenter et interpréter son propre, d’analyser sa contribution à un travail de groupe ;
  • de porter un projet jusqu’à son terme, de prendre la mesure de l’évolution de sa démarche, du projet initial à la réalisation finale.

Compétence : questionner le fait artistique

Connaître
L’élève est capable :
  • de se montrer curieux et connaître des formes artistiques et situations culturelles de différentes époques et zones géographiques, en les mettant en relation pour identifier leur nature et apprécier leur sens et leur portée dans l’histoire ;
  •  de caractériser les repères essentiels d’oeuvres et de démarches qui jalonnent le champ des arts plastiques au XXe siècle.

Expliciter
L’élève est capable :
  •  de présenter la composition ou la structure matérielle d’une oeuvre, d’identifier ses constituants plastiques en utilisant un vocabulaire descriptif précis et approprié ;
  • d’analyser une oeuvre, en utilisant un vocabulaire précis et approprié, pour identifier composition, structure matérielle et constituants plastiques ;
  • d’interpréter d’une manière sensible et réflexive à partir d’une analyse préalable ;
  • d’exposer oralement ou dans un texte, construit et argumenté en utilisant un vocabulaire approprié, ses réflexions et analyses en réponse à une question ou un sujet donné.

Situer
L’élève est capable :
  • de situer une oeuvre dans son contexte historique et culturel au moyen des principaux systèmes plastiques ou conceptions artistiques dont elle témoigne, en prenant la mesure de l’impact des innovations techniques sur la création plastique ;
  • d’identifier des références implicites de son propre travail, en situant ses propres productions et centres d’intérêt au regard des pratiques artistiques présentes et passées.

Compétence : exposer l’oeuvre, la démarche, la pratique
L’élève est capable :
  • de présenter sa démarche par différents moyens, oralement et à l’écrit, en choisissant des langages et techniques permettant de donner à voir avec efficacité un projet, une démarche, une réalisation ;
  • d’engager un dialogue sur son travail et celui de ses pairs en motivant des choix et écoutant des observations ;
  • d’envisager et mettre en oeuvre une présentation de sa production plastique ;
  • de créer, individuellement ou collectivement, les conditions d’un projet d’exposition pour un public.

À ces attendus s’ajoutent d’autres plus transversaux, mobilisés spécifiquement en arts plastiques et souvent partagés avec de nombreuses disciplines. Ils sont intégrés dans les observations du professeur, voire en croisant les analyses de plusieurs enseignements : maîtrise lexicale, maîtrise informatique et numérique, méthodologie, autonomie, intégration dans une équipe pour un travail de recherche ou une production collective, esprit d’initiative, attention à la réflexion d’autrui, comportement ouvert à la diversité des démarches et des productions, capacité à rendre compte avec clarté, oralement et par écrit, …

Instagram @artsplastiques.perriand

© Le coin des arts plastiques. Design by FCD.